Le projet EPIQUE: Etude du Phytoplancton comme Indicateur de la QUalité de l’Eau

La qualité de l’eau occupe une place centrale dans la stratégie du Parc Naturel du Golfe du Lion (PNMGL) pour la sauvegarde et la préservation de la biodiversité marine.
Le projet EPIQUE, porté par l’entreprise occitane ASOCEAN et soutenu par les partenaires IKOSISTAMA et MICROBIA ENVIRONNEMENT, a été choisi par le PNMGL pour répondre au besoin de connaissance sur l’état du compartiment phytoplanctonique en littoral occitan. Un point majeur du projet a été d’évaluer la pertinence de l’utilisation du phytoplancton comme indicateur de la qualité de l’eau.

Ce projet a été retenu avec 10 autres projets dans l’axe stratégique Réduire les pollutions et améliorer la qualité du milieu du PNMGL :

Des données inédites sur le littoral occitan

Au cours de l’année 2020 (janvier à décembre), des échantillonnages haute fréquence ont permis de collecter de nombreuses données combinant pour la première fois des paramètres physico-chimiques environnementaux (ASOCEAN) à des analyses biologiques du plancton: identification taxonomique et comptage par microscopie (IKOSISTAMA), mesure du niveau d’activité cellulaire avec des micropuces à ADN (Microbia Environnement). 

Des résultats prometteurs
Un outil moléculaire puissant (Microarray MARTA) a été utilisé afin de suivre simultanément l’activité cellulaire d’une trentaine de groupes d’espèces (taxons) phytoplanctoniques répartis sur le littoral de Canet à Banyuls-sur-mer.
La détection spécifique d’organismes actifs parmi lesquels certaines espèces de diatomées a permis une sélection préliminaire de taxons bio-indicateurs, qui vont pouvoir être utilisés dans le suivi et la surveillance de la qualité de l’eau. Notamment dans l’indication de pollutions diffuses venant des zones urbanisées, telles que mesurées au cours de l’étude.

Ceci motive aujourd’hui le développement de nouveaux biocapteurs génétiques afin de les adapter à la surveillance de la qualité de l’eau dans le parc naturel.

Un projet d’avenir
Un beau projet qui met en lumière la nécessité d’intégrer la surveillance du compartiment microbiologique dans les stratégies de suivi de la qualité de l’eau en zones littorales, compartiment hautement réactif à l’anthropisation.

La partie  » étude scientifique  » étant aujourd’hui close (édition du rapport officiel prochainement !), le consortium de spécialistes se focalise maintenant sur un aspect majeur qu’est la communication des résultats pour sensibiliser le grand public.

 » La mesure de l’activité phytoplanctonique littorale, un outil puissant de préservation de la biodiversité complémentaire des suivis de la qualité de l’eau existants.  » 

Retour haut de page