Microalgues - Pourquoi sont-elles toxiques ?

points microbia environnement  Microalgues

Les algues microscopiques ou microalgues sont des organismes microbiens phyto-planctoniques qui peuvent proliférer de façon parfois spectaculaire en colorant les eaux de surface. On parle d’efflorescences nuisibles (Harmful Algal Blooms) lorsque les microalgues « asphyxient » le milieu (eutrophisation) et/ou libèrent des substances toxiques, appelées phycotoxines.

A la base du réseau trophique, les microalgues sont un maillon essentiel dans le fonctionnement de l’écosystème aquatique. Phylogénétiquement, elles regroupent une grande diversité d’organismes qui produisent un large panel de métabolites secondaires bioactifs. Bien que seulement 2% de ces composés soient reconnus comme toxiques pour les animaux et les humains, de telles proliférations algales représentent une menace sérieuse pour la consommation des produits de la mer, en particulier les mollusques bivalves qui filtrent et accumulent les toxines, mais aussi les poissons qui les bioaccumulent via la chaîne alimentaire.

Une soixantaine d’espèces de microalgues ont été identifiées comme toxinogènes à ce jour, principalement des Dinoflagellés et des Diatomées, et on classe les toxines qu’elles peuvent produire selon leurs effets physiologiques chez l’homme (voir tableau ci-dessous, liste non-exhaustive).

Type de toxines Nomenclature anglo-saxonne Microalgues (genres) Composés toxiques
Toxines diarrhéiques

DSP Diarrheic Shellfish Poison

Dinoflagellés Dinophysis, Prorocentrum

acide okadaïque (OA), pecténotoxines (PTX), yessotoxines (YTX), azaspiracides (AZA)

Toxines paralysantesPSP Paralytic Shellfish PoisonDinoflagellés Alexandrium, Gymnodium, Pyrodiniumsaxitoxines (SXT)
Toxines amnésiantesASP Amnesic Shellfish PoisonDiatomées      Pseudo-nitzschiaacide domoïque (DA)
Toxines neurotoxiquesNSP Neurotoxic Shellfish PoisonDinoflagellés Gymnodiumbrévétoxines (PbTx)
CiguateraDinoflagellés Gambierdiscusciguatoxines (CTX), maïtoxines (MTX)
Pfiesteria ToxinDinoflagellés PfiesteriaPfTX

Les proliférations algales sont devenues particulièrement récurrentes ces dernières décennies, en raison du changement climatique (eaux périodiquement plus chaudes), et des activités humaines favorisant une croissance plus rapide de ces microorganismes, comme les rejets azotés ou phosphatés et la diminution de la biodiversité.

Certaines toxines peuvent être produites par différentes espèces de microalgues tandis que d’autres sont apparemment associées à une seule espèce. Différentes souches d’un même genre ou espèce peuvent aussi avoir une activité toxinogène plus ou moins forte selon leur localisation géographique et l’influence de facteurs environnementaux saisonniers ou liés aux marées.

Devant cette variabilité, les autorités responsables de la qualité de l’eau et des risques sanitaires de nombreux pays ont développé des programmes ambitieux pour améliorer les méthodes de détection et fixé des seuils de tolérance pour encadrer la consommation des produits de la mer et l’accès aux zones de baignade. Malgré ces avancées, il reste encore impératif de mettre à disposition des outils de veille plus performants afin d’anticiper le risque, les méthodes actuelles n’étant bien souvent peu ou pas prédictives. Pour les professionnels de l’aquaculture en particulier, mieux gérer leur activité et apporter de la transparence au consommateur représentent un enjeu économique majeur. La mise à disposition d’outils scientifiques rigoureux d’aide à la décision est essentielle à la réalisation de cet objectif.

microbia environnement
Retour haut de page