Une année à Dinophysis

| Publié par | Catégories : Non Classé

Dinophysis sévit sur la côte atlantique

L’été 2018 présente un taux d’ensoleillement exceptionnel et des températures très chaudes. Ces conditions favorisent la prolifération massive de phytoplancton et plus particulièrement de la micro-algue Dinophysis. Cette algue est connue pour sa toxicité et son ingestion à travers la consommation de fruits de mer contaminés. Sa consommation fortuite provoque des symptômes proches d’une gastro-entérite avec des maux de tête et une diarrhée très douloureuse.

 

C’est ainsi que, fin Juin-début Juillet, les limites acceptables en concentration cellulaire de Dinophysis ont été atteintes dans plusieurs plans d’eaux ainsi que sur certaines zones côtières, conduisant à la fermeture de ces sites pour les activités de baignade et pour les activités de pêche à pied.

 

Ainsi, l’estuaire, l’embouchure et la baie de la Vilaine et le littoral Damganais en région Bretagne ont été interdits à toutes activités de pêche à pied à cause de la présence de Dinophysis. Il en est de même sur l’île Dumet, la Pointe-de-Croix ou encore à la Tranche-sur-Mer et tous les sites de la Faute-sur-Mer en Pays de la Loire.

Quant à la baignade, elle a été interdite sur les Plages des Pins, de l’Océan, de l’Ermitage, de Pierre Attelée, de Saint-Nazaire, des Rochelets en région Pays de la Loire.

 

D’autres analyses sur l’ensemble de ces zones sont en cours et permettront de prendre les décisions de réouverture des sites ou de maintenir les arrêtés municipaux en attendant un retour à la normale.

 

Auteur: S. SAUVAGERE